Toutes les huiles se valent-elles ? Quelle est la différence entre une huile minérale et une huile végétale ? Est-ce qu’une huile pollue ? Je réponds à ces questions dans cet article !

Il y a quelques jours, j’ai répondu à une personne sur un groupe facebook qui demandait ce qu’elle pouvait mettre sur ses cheveux pour les protéger à la plage. Je lui ai proposé d’appliquer de l’huile végétale pour éviter leur dessèchement. La, quelqu’un d’autre est venu me dire que mon conseil n’était pas très bon car l’huile, « ça pollue ».
J’ai cru à une petite blague au départ, mais la personne était bien sérieuse et malgré mes explications qu’elle n’a pas pris au sérieux, elle m’a répondu « Que ce soit végétal ou non, ça reste de l’huile ».
Là dessus, je me suis dit qu’il fallait que je fasse cet article pour comprendre d’où provient cette idée générale que l’huile pollue, expliquer qu’une huile n’est pas simplement « une huile » et pourquoi une huile végétale et une huile minérale sont deux types d’huiles complètement différentes.
J’espère que cet article vous aidera a y voir un peu plus clair à ce sujet !

Par définition, une huile est un corps gras à l’état liquide à température ambiante et qui ne se mélange pas à l’eau.
Elle peut être d’origine minérale, animale, végétale, ou synthétique.
Je vais parler ici uniquement de l’huile minérale en comparaison avec l’huile végétale qui sont deux types d’huiles que l’on retrouve dans les cosmétiques.

Huile minérale / huile végétale : d’où proviennent-elles ?

Une huile minérale est une huile issue de la pétrochimie. On l’obtient par la distillation du pétrole, ce procédé d’obtention est un procédé lourd et polluant. On obtient une huile inerte, incolore, inodore et stable.

Une huile végétale est une huile extraite d’une plante, elle est 100% naturelle. Elle s’obtient par pression de certaines parties d’une plante : fruits, graines, noix…
Pour aller un peu plus loin, j’ajoute qu’une huile végétale vierge est obtenue par première pression à froid, elle n’est pas chauffée afin de conserver tous les bienfaits de ses propriétés (Il existe d’autres méthodes d’extraction mais je parle ici de celle que l’on retrouve le plus souvent en cosmétique naturelle). Elle contient des acides gras essentiels, des vitamines, minéraux et des anti-oxydant qui sont bénéfiques pour la peau.

Chimiquement, ces 2 types d’huiles sont complètement différentes.

Efficacité cosmétique de ces différentes huiles

sérum huile végétale

Les huiles minérales n’ont aucun bénéfice pour la peau, oui oui vous avez bien lu ! AUCUN !
Les huiles minérales portent les noms de « mineral oil », « paraffinum liquidum », « petrolatum », « cera microcristallina », « paraffin », « synthetic wax »
Si vous regardez la liste INCI des ingrédients de beaucoup de cosmétiques conventionnels vous retrouverez ces noms… Mais alors pourquoi les retrouve-t-on si, comme je vous ai dit plus haut, elle n’apportent rien à notre peau ?
Le seul « avantage » est qu’elles empêchent la déshydratation de la peau grâce à leur propriété occlusive en créant un film qui donne une sensation de peau bien hydratée et protégée.
En réalité, elles n’apportent aucuns éléments nutritifs à la peau. Elles ne peuvent pas pénétrer en profondeur dans la peau car leurs molécules sont trop grosses mais en surface, elles vont boucher les pores de la peau et être comédogènes : les boutons et points noirs vont venir pointer sur le bout du nez 😉
Ce sont des huiles très stables et très peu chers par rapport aux huiles végétales c’est pourquoi on les retrouve facilement dans les cosmétiques conventionnels.

Les huiles végétales sont composées essentiellement d’acides gras, de vitamines et d’anti-oxydants. Ces composés vont interagir avec la peau et la nourrir en profondeur puisqu’elles peuvent pénétrer jusqu’au derme.
Certaines huiles végétales sont également comestibles (attention tout de même à les acheter en qualité alimentaire) au contraire des huiles minérales, et contribuent à notre bonne santé.
Les huiles végétales sont absolument fabuleuses pour soigner notre peau et nos cheveux. A un type de peau ou un problème va correspondent une ou plusieurs huiles végétales, je ne vais pas rentrer dans les détails dans cet article mais vous pouvez aller voir mon article qui en parle plus en détail : Tous sur l’huile végétale
Pour les reconnaître, les huiles végétales sont indiquées par leur nom latin dans la composition INCI de votre produit cosmétique suivi de « oil » : « Olea europaea fruit oil », « Cannabis sativa seed oil », « Corylus avellana seed oil », « Helianthus annuus seed oil », « Simmondsia chinensis seed oil »

Les huiles sont-elles polluantes ?

huile olive verte

Les huiles minérales sont occlusives, elles sont composées de grosses molécules qui vont se dégrader très lentement et partiellement dans l’environnement (seulement 20% à 40% de biodégradabilité).
L’impact environnemental est catastrophique : elles sont présentes dans beaucoup de cosmétiques, qui une fois rincés, vont se retrouver dans la nature et polluer l’environnement. Ces huiles minérales étouffent les végétaux et sont toxiques chimiquement pour l’environnement.

Comme on a pu le voir un peu plus haut, les huiles végétales n’ont pas du tout la même composition que les huiles minérales. Elles se dégradent rapidement et totalement dans l’environnement, elles sont totalement biodégradables et peuvent être assimilées par la faune sans soucis.
Le seul cas où elles peuvent être polluantes est lorsqu’elles polymérisent ce qui les rend persistantes dans l’environnement mais ce cas est rare.

Je fais une parenthèse en rajoutant une précision pour l’huile de friture qui est une huile végétale usagée, utilisée dans l’alimentaire. C’est une huile vierge qui a subit de nombreuses transformations. Sous l’action d’une température élevée et de la présence d’air, les réactions de polymérisations sont favorisées créant des composés complexes.
Cette huile de friture contient potentiellement des contaminants : résidus alimentaires, des composés partiellement oxydés, des composés polymérisés ou hydrolysés. Elle est donc polluée et polluante.

Conclusion

En conclusion, mieux vaut éviter les huiles minérales ! Elles n’ont certes pas de réelle toxicité appliquées sur la peau mais ne présentent aucun bénéfice pour celle-ci. Elles sont hautement polluantes de part leur procédé de fabrication ainsi que de la non biodégradabilité de celles-ci, cela en fait des huiles interdites en cosmétique bio.

Les huiles végétales vont nourrir la peau et agir en profondeur pour la protéger et la garder en bonne santé. De plus, ces huiles sont biodégradables et leur procédé d’obtention est non polluant. C’est un ingrédient essentiel de mes cosmétiques !

 

Laisser un commentaire

Cet article a 10 commentaires

  1. lysandra

    Hello ! Un article clair et détaillé qui permet de mieux cerner les spécificités entre Huile minérale / huile végétale.🤩

  2. Hello,
    Merci pour ce petit rappel, c’est toujours utile ! En tout cas ça prouve qu’il faut bien se renseigner sur les composants de nos cosmétiques et sur ce qu’on met sur notre peau. On n’est pas toujours bien informé 😉
    Bonne journée !

  3. Merci pour cet article hyper intéressant !
    Même si on connait plus ou moins les différences de ces 2 types d’huiles, je n’imaginais pas que les huiles minérales n’apportaient vraiment rien à la peau.

  4. Rock Lemon

    Ton article est très intéressant ! Effectivement je ne connaissais pas la différence entre l’huile végétale et l’huile minérale mais je ne m’étais jamais posé la question non plus ^^ Enfin ça me conforte dans l’idée que les huiles végétales que j’utilise sont très bien 😉

  5. Bruneau

    Hello Amélie ! Merci pour cet article!

    Objectivement, les huiles minérales ont quand même un avantage! Quand on y pense elle ne provoquent pas de réactions, idem pour le silicone 🙂 Cela constitue selon moi un avantage notamment lorsque l’on fait des allergies.
    C’est aussi pour cela qu’elles sont plutôt conseillées pour les peaux ayant subi des traumatismes… Après une brûlure ou un tatouage par exemple.

    Voilà je trouvais juste que ce n’était pas très équilibré, même si on préfère le naturel il ne faut pas dévaloriser les avantages que peuvent prodiguer les ingrédients synthétiques 😉

    1. Amélie

      Bonjour
      Là où je suis d’accord avec toi, c’est qu’effectivement en cas de grosses brûlures il ne faut pas appliquer des huiles ou beurres végétaux ! (Risques d’échauffement, risques infectieux…) Mais ça, c’est plutôt du domaine de la médecine car on ne soigne pas soi-même ce genre de brûlures.
      Dans cet article, je traite de l’aspect cosmétique et non de médecine.

      Pour les petites brûlures qui ne nécessitent pas de consulter le médecin, type coup de soleil, ou les tatouages je les soigne très bien naturellement (sans huile minérale).

      Quant aux allergies, bien sur on peut être allergique à certaines huiles végétales (généralement qui contiennent des fruits à coques ou des astéracées) mais lorsqu’on le sait, on peut les éviter et les remplacer par d’autres huiles végétales. C’est pour cette raison que l’on préconise toujours de faire un test dans le pli du coude lorsqu’on utilise un nouvel ingrédient ou produit, mais cela est valable autant pour le naturel que pour le conventionnel…